L’APPORT DE L’EGLISE FACE A LA PEDOPHILIE Par Lawrence OBILOR SDC.

Normal
0

false
false
false

EN-US
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:”Table Normal”;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:””;
mso-padding-alt:0in 5.4pt 0in 5.4pt;
mso-para-margin-top:0in;
mso-para-margin-right:0in;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0in;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family:”Calibri”,”sans-serif”;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

1.1  L’HISTORICITE DU TERME

La pédophilie est une attirance ou préférence sexuelle d’un adulte envers les enfants pré-pubères ou en début de puberté. Ce type de préférence est considéré dans la plupart des sociétés modernes comme une perversion sexuelle. Pédophilie considéré comme un crime s’est parfois appelé pédocriminalité. Il s’agit d’abus sexuels ou de pornographie enfantine.[1]

Cependant, Le concept de pédophilie s’emploi relativement récent. C’est un concept psychiatrique qui apparait pour la première fois vers la fin du XIXe siècle tiré de l’alliance de deux racines Grecques : παιδια, παιδος (enfant) et φιλειν (aimer d’amitié). La fusion de deux termes nous donne « celui qui aime les enfants ».[2] Donc le terme au départ n’a rien à faire avec l’abus sexuel. Mais comme il s’agit l’amour pour les enfants, il était employé pour designer l’acte de préférence sexuelle aux enfants. Van Gijseghem, psychologue expliqua que« Les pédophiles ne sont pas simplement des gens qui commettent un petit délit de temps en temps mais qui sont en proie à ce qui équivaut à une orientation sexuelle, exactement comme un autre individu peut être en proie à son hétérosexualité ou même son homosexualité. Donc les vrais pédophiles ont une préférence exclusive pour les enfants, ce qui revient au même que d’avoir une orientation sexuelle ».[3]

2.1 QUELQUES ARGUMENTS SUR PEDOPHILIE

2.1.1 ARGUMENTS POUR

Ceux qui tiennent la position au support de pédophilie sont considérés comme les apologistes de pédophilie. Et le terme d’apologie de la pédophilie recouvre l’ensemble des actions, des écrits et prises de position ayant visé à faire accepter socialement la pédophilie ou simplement à en faire l’éloge. Ce sont des mouvements de la révolution sexuelle. En 1997, Renaud Camus l’un des promoteurs de pédophilie disait en faveur que, « Si la sexualité comme je crois, n’a strictement rien de répréhensible en soi, on ne voit pas pourquoi elle le serait chez les enfants, ou avec les enfants. Il est absurde de considérer qu’elle serait illicite jusqu’à un certain âge et deviendrait licite du jour au lendemain, dès que cet âge est dépassé. Les enfants ont une sexualité et des pulsions sentimentales bien connus, qui peuvent très bien se porter sur des adultes, en particulier sur des jeunes et beaux adultes. Les adhérents de pédophilie vont jusqu’à demander qu’ils « veulent un statut similaire en alléguant  que le désir d’enfants est une orientation sexuelle peu différente de celle des hétérosexuels et des homosexuels ».[4]

2.1.2 ARGUMENTS CONTRE

Malgré l’activité de quelques personnes et une tolérance pouvant exister dans des groupes politiques minoritaires, la pédophilie demeure globalement condamnée par la société à cette époque. Donc les préparateurs sont souvent reprouves à cause de cette acte et se soumettent devant la loi et si coupable se retrouvent en prison. L’Eglise est victime et au même temps actrice contre pédophilie. Elle est victime parce que beaucoup de prêtres sont coupable et en tant que actrice elle a pris beaucoup de mesures pour combattre cet acte et punir les prêtres victimes.

Pour ce qui concerne pédophilie dans l’Eglise il y a eu des réactions publiques jusqu’à critiquer le sacrement de réconciliation. Et Stéphane Joulain un activiste estime que « La théologie du pardon a parfois jouée un rôle dans l’étouffement des affaires de pédophilie, long temps jugées par le clergé comme un péché ou un égarement passager.  La théologie Catholique est marquée par la conversation, la résipiscence du délinquant. Des prêtres ont pu dire à des victimes à propos de l’abuseur, « Dieu lui a pardonné vous finirez bien par lui pardonner aussi »[5]

Selon quelques observations les abus des prêtres semblent d’avoir des conséquences apparemment différent que celle des autres.

3.1 LES CONSEQUENCES PREVALENTES DES ABUS SEXUELS : VIS-A-VIS LES PRETRES.

3.1.1 –LA CONSEQUENCE PSYCHOLOGIQUE :

Les personnes abus par des prêtres et religieux habituellement présentent les symptômes d’un dégrée plus élevé que les autres parce qu’elles se grandissent à savoir qu’elles sont violés par (ceux qui ne marient et par conséquence ne peuvent pas les marier). Donc elles éprouvent de la douleur, de la colère, un grand désarroi des problèmes de d’association et de dépression, des difficultés même dans leurs relations sexuelles.[6] A.W.R Sipe ajouta, « Les effets d’abus des prêtres sur les victimes varient mais leurs impacts sont durables et peuvent se traduire notamment, par des problèmes de dépersonnalisation sexuelle, de dépression, et de suicide ».[7]

3.1.2 –LA CONSEQUENCE SPIRITUELLE :

Malgré les souffrances psychologiques, les victimes sont affectés spirituellement, spécialement s’ils sont des Catholiques. Ils vivent avec une sorte de déchirement de l’âme avec une grande colère, dirigée à la fois contre elles-mêmes et vers l’extérieur.[8] Ces victimes « prennent leurs distances de l’Eglise avec la crainte d’éviter étant encore abusées. Leurs participations à l’affaire de l’Eglise  se diminue ».[9]

4.1 DECLARATION ECCLESIASTIQUE

Par conséquence, l’Eglise Catholique fait face à la réalité de pédophilie depuis la fin du XXe siècle à la révélation de nombreuses affaires d’abus sexuels sur mineurs commis par les prêtres et les religieux.[10] Et de 2001 à 2010 la congrégation pour la doctrine de la foi a traité 3,000 cas d’accusation concernant des prêtres diocésains et des religieux pour des crimes commis ces 50 années. Et selon la statistique 60% des cas, des mesures disciplinaires ont été prises sans qu’un procès ait lieu. Dans 20% cas, un procès a eu lieu dans les diocèses concernés. 10% des prêtres ont demandé à être eux-mêmes relevés de leurs devoirs sacerdotaux, et a peu près 10% le cas plus graves ont été réduit à l’état laïque par le pape.

Donc, dans les normes substantielles (Art. 6) de Gravioribus delictis promulguées par la lettre apostolique, Sacramentorum Sanctitatis du 30th Avril 2001 ont établi que :

 §1 Les délits de pédophilie les plus graves contre les mœurs sont réservés au jugement de la congrégation pour la doctrine de la foi :

Ø  Le délit contre  le sixième commandement de décalogue commis par un clerc avec un mineur de moins de dix-huit ans ; est ici equiparée au mineur la personne qui jouit habituellement d’un usage imparfait de la raison.

Ø  L’acquisition, la détention ou la divulgation, à une fin libidineuse, d’images pornographiques de mineurs de moins de quatorze ans de la part d’un clerc, de quelque manière et quel que soit l’instrument employé.

§2 le clerc qui accomplit les délits dont il s’agit au §1 sera puni selon la gravité du crime sans exclure le renvoie ou la déposition (Can. 1395 § 2).

Partant des nombreux cas de pédophilie commise par les clercs et religieux, en Avril 2002, le pape Jean Paul II convoqua les cardinaux Américains au Vatican sur le scandale des abus sexuels des mineurs par des prêtres aux Etats-Unis en disant que « Les gens ont besoin de savoir qu’il n’y a pas place dans la prêtrise ni dans la vie religieuse pour ceux qui font ou feraient du mal aux jeunes gens ».[11] Il appela pour la solidarité aux victimes des violences sexuelles et a leurs familles où qu’elles soient.

Deuxièmement, le 15 Avril 2008, le pape Benoit XVI dans sa part se dit particulièrement honteux de tous les cas révélés dans l’Eglise en ajoutant « Qu’un pédophile ne peut pas être prêtre ». Encore les 15-16 février 2010, le pape convoqua les évêques irlandais au Vatican d’où il déclare que la  pédophilie est un « crime atroce » et un « péché grave qui offense Dieu et blesse la dignité de la personne humaine » et selon le journaliste Vatican Giancarlo Zizola, Benoit XVI  « a prôné la tolérance zéro, engagé les évêques à dénoncer les prêtres fautifs et permis une assistance matérielle aux victimes ». Il a pris la cause à réduire à l’état laïcs (perte de l’état clérical) les prêtres s’étant rendus coupable d’abus grave ». Il demandait aux évêques « d’appliquer les normes du droit canonique[12]en affrontant les cas d’abus sur les enfants et de continuer à coopérer avec les autorités civiles ». Et dans son discours à la curie Romaine 2010 il déclara « Nous sommes conscients de la gravité particulier de ce péché commis par des prêtres et de notre responsabilité correspondante.[13]

En fin le 13 Avril 2013 au Vatican le pape François parlant au préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi Mgr Gerhard Ludwig Müller insiste sur l’action décisive et disciplinaire aux cas des abus sexuels des mineurs par des prêtres et religieux et d’assurer la protection des mineurs en tant que possible aussi bien que l’assistance à tous ceux qui ont souffert ces violence au passe.[14]

Lawrence OBILOR sdc.

 


[1] Fr.wikipedia.org/wiki/p%25c3%25A9do..

[4]Ibidem.

[5] http:/www.fr.wikipedia.org/wiki/Abus sex…03/05/2013.

[6] Bland M.J, “The Psychological and Spiritual effects of Child Sexual Abuse When the Perpetrator is a Catholic Priest, 2002, Dissertation Abstracts International, 63 (4-A), p. 1253, cited from “The John Jay College Research Team, Child Sexual Abuse : A Review of the Literature, 2004, p. 40 et 142.

[7] A.W.R SIPE, “A Secret World: Sexuality and the Search for Celibacy, 1990, New York, NY: Brunner/Mazel, Inc, Cited in, “The John Jay College Research Team, Child Sexual Abuse: A Review of the Literature, 2004, p. 74.

[8] FATER. K, MULLANCY. J, “The Lived Experiences of adult male survivors who allege Childhood Sexual Abuse by Clergy, 2000, Issues in Mental Health Nursing, 21, 281-295 cited in John Jay op. cit.

[9] McLaughlin, B.R, “Devastated Spirituality: The Impact of Clergy Sexual Abuse on the Survivors’ Relationship with God and the Church, 1994, Sexual Addiction & Compulsivity”, 1, 145-158, cited from John Jay op. cit.

[10] http://fr.wikipedia.org/wiki/AbusSexuels sur mineurs dans1%27%c3%89eglise catholique, 28/04/2013.

[12] Can. 1387, Can. 196,1&2, can. 290, 2&3.

[14] http/www.npr.org/blog/thotw-way/2013/04/05/176352585/pope Francis-calls-for-decisive-action-on-clerical-sex-abuse, 14/05/2013

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s